Diario de Lucha.

Journal des luttes retrace une année de combat en Amérique Latine. Au plus près des gens, j’ai voulu dresser un portrait pan-latino de la lutte sociale. Il faut voir cette énergie qui émane des hommes et femmes en action, prêts à quitter leur quotidien pour défendre leurs droits, envers et contre tout.

22 de octubre 2019.

Mi historia es el descubrimiento del otro, del optimismo, de la inteligencia, una conexión imposible que se desvanece con el espacio pero que se fortalece con el tiempo. Mi imaginación está allà, la vida me ha quitado el apego biológico a mi tierra y me ha permitido volar, libre de todo, a tierras lejanas, a la naturaleza, a gente sencilla, tan compleja. Amor en el barro, una historia. Me siento chileno, argentino, libanés. Aquí, todo se desvanece, todo se ve atenuado por la vida cotidiana, la salud y el sistema de seguridad social. Nada es serio para mí, puedo romperme una pierna, no trabajar, no hablar con mis vecinos. Todo se hace para asegurar que sobreviva, que sobreviva biológicamente. Las luchas y causas no afectan a la vida sino a su desarrollo. No se muere en las calles de Bruselas. No vivimos en situaciones que pongan en peligro nuestro sistema personal, todo lo que hemos construido, nuestras relaciones. Allà, todo puede detenerse, de repente o lentamente, pero la lucha es real y diaria. Desde hace una semana, está allí, frente al mundo. La gente está en la calle, el harto ha tenido prioridad sobre todo el positivismo. La gente está harta y ya no tiene miedo. No sé hasta dónde estoy dispuesto a llegar con mis ideas porque no tienen sus raíces aquí en mi país. No puedo morir por mi país, pero siento que puedo arriesgarme por otros horizontes. Mis hermanos y hermanas chilenos, por ellos puedo. Esto me parece legítimo. Valoro mi vida en relación con el espacio geográfico y social que la alimenta. Amo a mis hermanos y hermanas belgas, a mi amor y a mi familia, pero no temo por ellos, sólo la naturaleza o el destino pueden recuperarlos. Ahí no. Ahí no. No en Chile. 380 euros al mes. El salario medio chileno. 1€ en metro. 1i/v al día durante un mes. 60€. 15% del salario. Un billete de metro. ¿Qué pasa con el resto? No en el Líbano. 18 comunidades. Las guerras civiles apenas tienen 15 años. No hay electricidad en 2020. No en Argentino. Una inflación constante. Ganas lo que has perdido el mes passado. Y aún así vienen a mí. Ahorran años y gastan ese dinero aquí diciendo que es genial. Pero NO. No vivimos acà. No tenemos miedo. No nos reunimos para celebrar un día más de vida. Otro día compartido con nuestros seres queridos. Hablo con mis padres cada dos semanas. Sé de antemano que todo está bien, sólo temo a la enfermedad. ¿Revolución? Cada día son revolucionarios, en 2020. No en 1936. ¿Qué hay de mí? No puedo sentirme así cuando estoy en mi país plano. No quiero luchar contra mi sistema, es tan bueno conmigo. Sólo necesito una pequeña firma aquí, una cita allá. Sí, es racista, protege su inaccesibilidad. No quiere que todos se den cuenta de lo fácil que es la vida aquí. Al principio esto es lo que buscamos cuando nuestros padres, abuelos,… han estado luchando día tras día. Es agotador. ¿Vivir 3 años como un león o 100 años como una babosa? Entiendo a los que quieren irse, a los Zen, a los que están hartos. Pero no encontrarás aquí lo que constituye el fundamento de la existencia. Los abrazos. Los gritos. La emoción. Las heridas. Fatiga. Libertad real porque está prohibida. Quédate con tu historia. Apesta, pero está tan viva. Viviendo en un país de esponjas, mis hermanos y hermanas libaneses lo conocen. Pero no viviendo en un «Blob ». Mi Bélgica es un Blob, que avanza, se retira, se corta, continúa inexorablemente su existencia. 

à suivre ..

Lucha_SA-5

CHIAPAS, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-17
OAXACA, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-11
OAXACA, NOVEMBRE 2017
Lucha_SA-30
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-23
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-19
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-21
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-25
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-13
OAXACA, NOVEMBRE 2017
Lucha_SA-7
CHIAPAS, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-20
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-24
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-10
OAXACA, NOVEMBRE 2017
Lucha_SA-2
CHIAPAS, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-14
OAXACA, NOVEMBRE 2017
Lucha_SA-12
OAXACA, NOVEMBRE 2017
Lucha_SA-6
CHIAPAS, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-32
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-26
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-18
OAXACA, OCTOBRE 2017
Lucha_SA
CHIAPAS, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-4
CHIAPAS, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-35
MEXICO, DÉCEMBRE 2017 (GUADALUPE)
Lucha_SA-3
CHIAPAS, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-41
CHILI, VILLA BAVIÈRA, FÉVRIER 2018
Lucha_SA-34
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-38
CHILI, VILLA BAVIÈRA, FÉVRIER 2018
Lucha_SA-37
MEDELLIN, JANVIER 2018
Lucha_SA-29
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-62
CORDOBÀ, AVRIL 2018
Lucha_SA-78
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-77
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-69
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-48
PUNTA ARENAS, MAI 2018
Lucha_SA-63
CORDOBÀ, AVRIL 2018
Lucha_SA-72
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-55
BUENOS AIRES, JUILLET 2018
Lucha_SA-43
CHILOÉ, MARS 2018
Lucha_SA-27
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-56
BUENOS AIRES, JUILLET 2018
Lucha_SA-70
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-74
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-28
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-46
PATAGONIA, AVRIL 2018
Lucha_SA-50
PUNTA ARENAS, AVRIL 2018
Lucha_SA-8
GUATEMALA, DÉCEMBRE 2017
Lucha_SA-75
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-44
CHILOÉ, MARS 2018
Lucha_SA-79
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-33
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-47
PATAGONIE, AVRIL 2018
Lucha_SA-80
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-42
PUCON, FÉVRIER 2018
Lucha_SA-22
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-81
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-9
MEXIQUE, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-51
COMODORO RIVADAVIA, MARS 2018
Lucha_SA-57
BUENOS AIRES, JUILLET 2018
Lucha_SA-40
CHILI, VILLA BAVIÈRA, FÉVRIER 2018
Lucha_SA-60
CORDOBÀ, AVRIL 2018
Lucha_SA-64
SALTA, JUIN 2018
Lucha_SA-45
PATAGONIE, AVRIL 2018
Lucha_SA-49
PATAGONIE, AVRIL 2018
Lucha_SA-39
CHILI, VILLA BAVIÈRA, FÉVRIER 2018
Lucha_SA-59
BUENOS AIRES, JUILLET 2018
Lucha_SA-58
BUENOS AIRES, JUILLET 2018
Lucha_SA-67
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-65
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-54
BUENOS AIRES, JUILLET 2018
Lucha_SA-66
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-15
OAXACA, OCTOBRE 2017
Lucha_SA-61
CORDOBÀ, AVRIL 2018Lucha_SA-36
CIUDAD DE MEXICO, DÉCEMBRE 2018
Lucha_SA-71
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-53
BUENOS AIRES, JUILLET 2018
Lucha_SA-73
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-76
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-68
SANTIAGO DE CHILE, JUIN 2018
Lucha_SA-31
OAXACA, NOVEMBRE 2017 (URTARTE)
Lucha_SA-52
BUENOS AIRES, JUILLET 2018

Mon histoire, c’est la découverte de l’autre, de l’optimisme, de l’intelligence, une impossible connexion qui s’estompe avec l’espace mais se renforce avec le temps. Mon imagination est là-bas, la vie m’a retiré mon attache biologique à ma terre et m’a permis de m’envoler, libre de tout, vers des terres lointaines, la nature, les gens simple, si complexes. De l’amour dans la boue, une histoire. Je me sens chilien, argentin, je me sens libanais. Ici, tout s’estompe, tout est atténué par le quotidien, le système de santé et de sécurité social. Rien n’est grave pour moi, je peux me casser une jambe, ne pas travailler, ne pas parler à mes voisins. Tout est fait pour que je survive, que je survive biologiquement. Les luttes et les causes ne touchent pas à la vie mais à son déroulement. On ne meurt pas dans la rue à Bruxelles. On ne vit pas de situations qui mettent en péril notre système personnel, tout ce qu’on a construit, nos relations. Là-bas, tout peu s’arrêter, brusquement ou lentement, mais le combat est réel et quotidien. Depuis une semaine, il est là, à la face du monde. Les gens sont dans la rue, le ras-le-bol à pris le pas sur tout le positivisme. Les gens en ont marre et n’ont plus peur. Je ne sais pas moi-même jusqu’où je suis prêt à aller pour mes idées car elles ne trouvent pas leurs racines ici, dans mon pays. Je ne peux pas mourrir pour ma patrie, mais je sens que je peux prendre ce risque pour d’autres horizons. Mes frères et soeurs chiliens, pour eux je pourrais. Cela me semble légitime. Je valorise ma vie par rapport à l’espace géographique et social qui l’alimente. J’aime mes frères et soeurs belges, ma femme et ma famille, mais je n’ai pas peur pour eux, seul la nature ou le destin pourra les reprendre. Pas là-bas. Pas au Chili. 380 euros par mois. Le salaire moyen chilien. 1€ le trajet en métro. 1a/r par jour pendant un mois. 60€. 15% du salaire. Un ticket de métro. Et le reste ? Pas au Liban. 18 communautés. Des guerres civiles vieilles d’à peine 15 ans. Pas d’électricité en 2020. Et pourtant ils viennent me voir. Ils économisent des années et dépensent cet argent ici en disant que c’est si génial. Mais NON. On ne vit pas ici. On n’a pas peur. On ne se retrouve pas pour fêter un jour de plus en vie. Un jour de plus partagé avec nos proches. Je parle à mes parents toutes les 2 semaines. Je sais à l’avance que tout va bien, ne redoutant que la maladie. Révolution ? Tous les jours ils sont révolutionnaires, en 2020. Pas en en 1936. Et moi ? Je n’arrive pas à me sentir de ce bord lorsque j’évolue dans mon plat pays. Je ne veut pas me battre contre mon système, il est si gentil avec moi. Il me faut juste une petite signature par-ci, un rendez-vous par-là. Oui il est raciste, il protège son inaccessibilité. Il ne veut pas que tout le monde se rende compte à quel point la vie est facile ici. Dans un premier temps c’est ce que l’on cherche quand nos parents, grands-parents, … se sont battus jour après jours. Ça fatigue. Vivre 3 ans comme un lion où 100 ans comme une limace ? Je comprends ceux qui veulent partir, les zens, ceux qui en ont marre. Mais vous ne trouverez pas ici ce qui fait le fondement de l’existence. Les accolades. Les cris. L’émotion. Les blessures. La fatigue. La liberté réelle car interdite. Raccrochez-vous à votre histoire. Elle pue mais qu’est-ce qu’elle est vivante. Vivre dans un pays éponge, mes frères et soeurs libanais, vous le connaissez. Mais pas vivre dans un blob. Ma Belgique est un Blob, qui avance, recule, se coupe, continuant inexorablement son existence. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s